16.5 C
La Réunion
vendredi 2 décembre 2022

Une fédération de PME de l’alimentation bio

L’ambition du groupe Natimpact est de créer une fédération de PME autonomes et d’accompagner leur croissance, notamment en renforçant leur outil commercial.

Alors que l’univers du bio connait un essor spectaculaire en France, aussi bien en termes de production que de consommation, Natimpact consolide son projet de fédération de PME autonomes de l’agroalimentaire bio et durable : il vient d’annoncer le rachat de la société Le Coq Noir, fabricant français de sauces et de produits du monde bio sous les marques Le Voyage de Mamabé en réseau bio et Le Coq Noir en grandes surfaces. Cette acquisition intervient après celles en 2019 de Naturgie-Favols, leader français de la confiture bio, et en 2020 du chocolatier artisanal Bovetti. Le Groupe a conclu en février 2021 un accord de principe pour l’acquisition de la société Le Coq Noir. Les deux marques Le Voyage de Mamabé et Le Coq Noir s’inspirent d’un savoir-faire familial et de traditions culinaires des cinq continents pour offrir des produits prêts à l’emploi : aides culinaires, condiments, sauces, confits et chutneys, ou encore achards, tartinables… Entreprise familiale de 35 salariés, basée à L’Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse), Le Coq Noir est très engagé sur son territoire et dans une démarche de Responsabilité Sociétale des Entreprises, (labellisée « PME + engagée »). 100 % des produits à marque sont bio et 50 % des matières premières sont sourcées en France.

Un groupe non intégré de sociétés autonomes
Le rachat du Coq Noir est la troisième étape de la constitution du groupe Natimpact, créé en février 2019 par Didier Suberbielle, d’une part, et Frédéric Grunblatt et Marlène Castan, d’autre part, associés au fonds d’investissement Triodos Food Transition Europe, rejoint par les fonds régionaux du Crédit Agricole (Grand Sud-Ouest Capital, Charente Périgord Expansion). Le groupe atteint avec cette acquisition un chiffre d’affaires de près 25 millions. L’objectif annoncé est d’atteindre 50 à 70 millions d’euros à l’horizon 2025. D’autres acquisitions sont à l’étude, pour prolonger la vision d’un groupe non intégré qui fédère des sociétés autonomes de l’agroalimentaire bio et durable. Cependant, l’objectif du groupe ne se limite pas à une simple augmentation de la part de la bio. La volonté de Natimpact est de conjuguer l’exigence de mieux-être individuel avec la dimension collective, sociale et environnementale. Une expérience intéressante de développement d’entreprises du bio.

- Publicité -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

- Publicité -spot_img

Derniers articles