15.6 C
La Réunion
vendredi 2 décembre 2022

La grande pauvreté touche 14 % des réunionnais

Dans une étude inédite, l’Insee a adopté une nouvelle approche de la pauvreté, intégrant à la fois les revenus et l’indicateur de privation matérielle et sociale de l’Union européenne. Celui-ci mesure l’incapacité à couvrir les dépenses liées à au moins 5 éléments de la vie courante sur 13 considérés comme souhaitables. Exemples les plus fréquents : l’incapacité à faire face à une dépense imprévue de l’ordre de 1 000 euros, ne pas pouvoir remplacer ses meubles et ne pas pouvoir prendre une semaine de vacances hors du domicile. L’Insee définit la grande pauvreté comme le cumul d’une pauvreté monétaire sévère (niveau de vie inférieur à 50 % du niveau de vie médian français), et d’au moins 7 privations matérielles et sociales sur 13. Trois Réunionnais sur dix sont touchés par la pauvreté monétaire (revenus inférieurs à 60 % du niveau de vie médian métropolitain, soit 1 100 euros par mois par unité de consommation) ou l’incapacité de couvrir des dépenses de la vie courante. La moitié de ce public cumule les deux formes de pauvreté, selon l’Insee. Une part équivalente de la population est pauvre monétairement mais réussit davantage à équilibrer son budget en limitant ses dépenses. Inversement, un habitant sur dix est en privation matérielle et sociale malgré des revenus supérieurs au seuil de pauvreté monétaire, en raison des nombreuses dépenses contraintes auxquelles ils doivent faire face. La part de personnes en grande pauvreté s’élève au total à 14 % à La Réunion.

- Publicité -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

- Publicité -spot_img

Derniers articles