16.3 C
La Réunion
jeudi 28 octobre 2021

COMPETITIVITE ET TRANSITION ENERGETIQUE : MEME COMBAT POUR EDF REUNION

En contribuant à maîtriser la demande d’énergie, l’efficacité énergétique contribue à l’équilibre du réseau électrique. Appelée à devenir la norme dans les années qui viennent, elle doit être considérée comme un enjeu de société autant que comme une source d’économie sur la facture d’électricité. Tel est le message d’EDF Réunion pour gagner les professionnels à la cause de la maîtrise de l’énergie (MDE) à travers son offre de services.

Olivier Meyrueis

S’il est un domaine où l’intérêt particulier rejoint l’intérêt général, c’est bien la maîtrise de l’énergie. A l’heure de la responsabilité sociale des entreprises (RSE), mettre en œuvre des solutions MDE, ce n’est pas seulement réduire de façon substantielle ses factures d’électricité, c’est faire preuve de responsabilité et de citoyenneté en contribuant à assurer le service public de l’électricité dont EDF Réunion est le gestionnaire. Olivier Meyrueis, directeur régional de l’opérateur clé de la distribution d’énergie, fait le parallèle avec les déchets : « Tout le monde trouve normal l’effort collectif de trier ses déchets et de contribuer ainsi, par le recyclage, à la transition écologique. C’est la même chose avec les économies d’énergie : en plus de nous faire faire des économies, cet effort est nécessaire pour aplanir la courbe de croissance des besoins en énergies. Des résultats tangibles sont déjà obtenus. » Et Olivier Meyrueis de rappeler qu’EDF Réunion n’est pas seulement gestionnaire de réseau. « Nous avons des solutions à proposer aux particuliers et aux entreprises pour les accompagner vers la transition énergétique. »

L’efficacité énergétique en chiffres
En 2020, l’économie d’énergie obtenue grâce à la MDE a été de 29 GWh, dont 16 GWh grâce aux actions chez les particuliers et 11 GWh chez les professionnels. Ce résultat est cependant à nuancer car l’activité en 2020 a été fortement marquée par la crise Covid. EDF prévoit d’atteindre 50 GWh évités d’ici fin 2021, ce qui représente la consommation de 14 000 foyers. Une puissance économisée pouvant paraître modeste comparé au 3000 GWh de production d’électricité de la Réunion, mais qui contribue de manière essentielle à maitriser la croissance de la consommation d’électricité d’un réseau insulaire autonome qui doit se suffire à lui-même et à toutes les situations. La MDE est dans l’intérêt de tous. Stimulée par le développement économique et la démographie, la consommation d’électricité augmentait à la Réunion de 7 % par an, il y a 20 ans. Dix ans plus tard, ce taux était tombé entre 2 % et 3 % par an alors que le développement économique et la démographie poursuivait leur croissance. Il s’est maintenue au même niveau jusqu’à nos jours. La crise sanitaire et le confinement n’expliquent pas seuls la baisse de 2,3 % de la consommation d’électricité enregistrée en 2020 : la MDE y a sa part. La MDE est aussi dans l’intérêt de chacun. Une entreprise agroalimentaire du Sud revoit son process industriel en intégrant des solutions MDE. Gain : 160 000 euros par an sur sa facture EDF. L’économie pour une grande surface, consommatrice d’électricité en climatisation et meubles de froid, est évaluée entre 30 000 et 50 000 euros par an. 30 000 euros, c’est le montant économisé par le Village by CA avec la mise en place de divers matériels. Autre client d’EDF Réunion donnant l’exemple, l’aéroport Roland-Garros. a fait baisser sa facture d’électricité de 30 %. Dans ses prévisionnels EDF Réunion estime qu’à l’horizon 2028, la MDE aura permis à elle seule d’éviter 8 % de consommation d’énergie.

DES SOLUTIONS ET UNE EQUIPE SPECIALISEE AU SERVICE DES PROFESSIONNELS

Isolation du bâti, froid alimentaire, froid industriel, moteur électrique performant, etc. : au sein du service Efficacité Energétique d’EDF Réunion, cinq chargés d’affaires, répartis par secteurs d’activité (collectivités, commerce, industrie, résidentiel collectif…), conseillent les entreprises sur les moyens d’économiser l’énergie.
Deux grands types d’accompagnement sont proposés aux professionnels du tertiaire et de l’industrie. Pour les inciter à passer à l’action, le principal outil est aujourd’hui le cadre territorial de compensation de la Réunion, qui s’adresse aussi aux particuliers. Il encourage les investissements en matériels et travaux de MDE. EDF Réunion porte ce dispositif qui réunit également la DEAL, la Région Réunion et l’ADEME au sein d’un Comité MDE décidant de l’attribution d’aides financières « standard » et « non standard ». Le Cadre applique une procédure de primes fixes à l’acquisition d’équipements plus efficaces et à l’investissement dans l’amélioration du bâti, principalement les travaux de protection solaire et d’isolation thermique. A côté de cette offre « standard », une offre sur mesure vise les entreprises, en intégrant en plus, notamment, la mise en œuvre de solutions performantes spécifiques à leur activité. Dans les deux cas, standard et sur-mesure, EDF Réunion met son expertise et ses moyens au service des professionnels : aide à la définition des besoins et à la décision, relation facilitée avec les bureaux d’étude (EDF Réunion travaille avec un pool de bureaux d’étude), suivi des dossiers donnant accès aux aides financières, contrôle de la réalisation des investissements prévus, mais aussi du bon fonctionnement des matériels et de la qualité des travaux effectués. Le coût des études techniques est également aidé financièrement par ailleurs (à hauteur de 50 % à 70 % du coût pour les petites entreprises). Depuis sa mise en place en 2019, le cadre de compensation a permis d’éviter 63 GWh de consommation d’électricité par an, tous secteurs confondus.

Convention d’effacement : appel au volontariat
EDF Réunion a activé l’appel à effacement à 34 reprises en 2020, ce qui a permis d’alléger le réseau de 571 MWh . L’effacement consiste à réduire sa consommation d’électricité vu du réseau pendant un temps donné (généralement 4 heures). EDF Réunion a recours à cette solution dans le cas de tension sur le réseau (en période de pointe d’appel de puissance ou en raison d’un incident…) L’effacement est contractualisé entre le client professionnel et EDF Réunion. Le client s’engage à alléger le réseau d’un certain niveau de puissance quand EDF le lui demande. Sont intéressés certains gros consommateurs d’électricité qui disposent d’un groupe de production alternatif. La rémunération de l’effacement comprend une part fixe et une part variable. La part fixe prend en compte l’urgence de la demande : 8 000 euros le MW effaçable si l’entreprise est prévenue la veille ; 16 000 euros si elle prévenue dans les trois heures précédentes. Rémunérée 170 euros le MWh effacé, la part variable est fonction de la puissance de l’allègement. EDF Réunion lance aujourd’hui un nouvel appel à volontaires pour développer « cet outil précieux de flexibilité ». L’objectif est d’atteindre une capacité d’effacement de 25 MW d’ici 2023. Les conventions d’effacement étant aujourd’hui au nombre de 12, il en faudrait le double pour y parvenir.

L’EFFICACITE ENERGETIQUE IMPOSEE PAR LA LOI

Découlant de la loi ELAN de 2019, le décret dit “ tertiaire ” impose une réduction de la consommation énergétique des bâtiments tertiaires d’au moins 40 % en 2030, 50 % en 2040 et 60 % en 2050.
Sont concernés les bâtiments tertiaires dont la superficie est supérieure à 1 000 m². Autrement dit, hôtels, bureaux, commerces, bâtiments scolaires, université, bâtiments administratifs, etc. Les propriétaires ou exploitants ont jusqu’au 30 septembre 2022 pour communiquer les données de consommation énergétique de leurs bâtiments sur la plateforme numérique « Operat » gérée par l’ADEME. L’absence de cette transmission sera passible d’une mise en demeure suivie d’une dénonciation publique type « name and shame ». Pour atteindre l’objectif de réduction des consommations d’énergie, deux possibilités : calculer la baisse par rapport à l’année de référence choisie (qui ne peut être antérieure à 2010), ou atteindre un seuil de consommation finale exprimé en valeur absolue. Les valeurs absolues par catégories d’activités sont également fixées par la réglementation. Le non respect de l’obligation à l’échéance prévue sera passible d’une amende : le montant prévu par bâtiment est actuellement de 1 500 euros pour les personnes physiques et 7 500 euros pour les personnes morales. Pour rappel, le tertiaire représente 40 % de la consommation d’énergie à la Réunion. Au plan national, il représente 25 % de surfaces bâties et est responsable de 33 % des émissions de gaz à effet de serre.

CONTACT PROFESSIONNEL :
Elsa Kancel, responsable Efficacité Energétique Marché d’Affaires chez EDF Réunion : 0692 72 17 70 – elsa.kancel@edf.fr

- Publicité -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

- Publicité -spot_img

Derniers articles