16.1 C
La Réunion
lundi 4 juillet 2022

Collecte et tri des bouteilles plastiques : et si B:bot était la solution ?

Développée par la start-up française GreenBig, la B :bot est une machine pratique et intelligente qui donne un sérieux coup de jeune à la démarche de tri et de recyclage des bouteilles en plastique.

La B :bot est à la fois une machine et un écosystème digital qui révolutionne la collecte des bouteilles en plastique et réinvente la consigne. En les broyant et en les triant par couleurs immédiatement dans la B :bot, cette machine permet de faire des économies de temps tout en raccourcissant la boucle de recyclage. Cette solution est innovante sur les plans écologiques et économiques : en densifiant la matière à la source et en la transformant, elle optimise le transport et le stockage tout en réduisant les coûts. B :bot a une capacité de stockage de 3 600 bouteilles dans moins de un mètre carré. Sans contrainte pour les magasins où elle est installée, la B :bot est attractive pour les clients qui peuvent y déposer toutes leurs bouteilles en plastique. La machine collecte et trie toutes les types de bouteilles en plastique.
Elle les transforme en paillettes triées. Une fois la bouteille introduite dans la machine, la reconnaissance se fait par lecture code barre à 360°. Les emballages sont contrôlés par des capteurs optiques pour le calibrage de taille, la détection des plastiques, la détection éventuel de métal pour exclusion. Si la bouteille contient encore trop de liquide, elle est renvoyée.

96 grandes surfaces équipées
Les paillettes triées sont stockées dans cinq bacs assurant un vidage rapide. En outre, avec son intelligence embarquée (connexion 4G), la B :bot permet le suivi du remplissage et de la maintenance à distance. La machine automate fait remonter les données en temps réel. En cas de pépin, le diagnostic et au besoin le dépannage s’effectuent à distance. Pour le vidage, une alerte est envoyée à 80 % du remplissage pour commander l’intervention. Dotée d’une interface digitale modulable, la machine est prête pour tous les types de consignes: lecture de carte de fidélité, lecture de QR code-NFC-RFID, impression de tickets. Son emprise au sol exacte est de 0,89 m2.
La B :bot est une machine conçue et intégralement fabriquée en France. Le site de production est basé à Dieppe, à proximité du port du Havre dans l’usine partenaire Toshiba de 40 000 m2 qui emploie 230 salariés. 15 machines B:bot par semaine sont actuellement fabriquées.La B :bot s’est faite connaître par l’intermédiaire de Citeo (anciennement Eco Emballage et Ecofolio) qui teste et soutient de nouvelles solutions de collecte et de tri par des appels d’offre. C’est ainsi que GreenBig, inventeur et fabriquant du concept B :bot, a déjà convaincu un grand nombre d’enseignes de la grande distribution. L’entreprise devait d’ores et déjà livrer 183 machines à la fin de l’année dernière, afin de prendre place dans 96 supermarchés et hypermarchés.

GreenBig : la bouteille plastique s’autofinance
GreenBig est une start-up créée en septembre 2017, par Benoit Paget, Fabien Rimé et Baptiste Danezan. Leur but est de développer des moyens innovants qui répondent aux enjeux de l’économie circulaire. Propriétaire de trois brevets européens pour sa machine B :bot, GreenBig a donc développé cette solution révolutionnaire en construisant un modèle économique écologiquement et économiquement vertueux où “ la bouteille plastique s’autofinance ”.

Benoit Paget

La Cinor intéressée ?

Trois questions à Benoit Paget, co-fondateur et CEO de GreenBig.

Un déploiement de B :bot à la Réunion serait-il envisageable ?
Oui, bien sûr. Nous sommes en discussion avec plusieurs partenaires. Et la Cinor semblait intéressée il y a quelques mois, au point de précommander 50 machines. Nous espérons que le déploiement pourra se faire très vite.

Avez-vous déjà été contacté par des grandes surfaces d’Outre-Mer ?
Oui, quelques-unes : Leclerc. Aussi par des partenaires qui souhaitent être distributeurs, ou des collectivités, comme la Cinor à la Réunion

Une logistique spécifique devrait-elle être mise en place localement pour la gestion à distance de l’appareil ?
Non. La machine est connectée via une connexion «data» classique (4G, wifi ou filaire), donc nous pouvons monitorer une machine à la Réunion comme nous le ferions en Normandie.

- Publicité -spot_img

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

- Publicité -spot_img

Derniers articles