14 C
La Réunion
jeudi 30 juin 2022

Maurice | Maurice et la Chine à l’heure du libre échange

Paraphé en octobre 2019 à Pékin, l’accord de libre échange entre l’île Maurice et la Chine est entré en vigueur le 1er janvier 2021. Maurice bénéficie désormais d’un accès immédiat en franchise de droits de douane sur le marché chinois pour 7 504 lignes tarifaires de marchandises. Les droits sur 723 lignes tarifaires supplémentaires seront progressivement supprimés dans les prochaines années et Maurice pourra exporter vers la Chine à des conditions favorables jusqu’à 50 000 tonnes de sucre. Les barrières sont également levées dans de nombreux secteurs des services (finances, technologies de l’information, santé…).Maurice est le premier pays de l’ensemble africain à ouvrir ainsi les bras à la Chine, devenant ainsi pour cette dernière une tête de pont vers le vaste continent en développement.

Tourisme : la crise en chiffres

Les statistiques annuelles des arrivées à l’île Maurice témoignent de la violence de la crise sur le secteur touristique. Seulement 279 325 voyageurs étrangers ont été comptabilisés en 2020 à l’aéroport de Plaisance, soit une chute de 79% par rapport à l’année précédente. Après un début d’année encourageant et des arrivées en hausse en janvier et février, la fermeture quasi-totale des frontières mauriciennes a entraîné un tarissement équivalent du flux touristique. L’entrebâillement des portes de l’île à partir du mois d’août, avec obligation de respecter une quarantaine stricte et coûteuse, a permis d’accueillir seulement 3 858 visiteurs étrangers au cours des cinq derniers mois de l’année. Sur la période, seuls 76 Réunionnais ont entrepris le voyage jusqu’à l’île-sœur.

L’argent de la diaspora

Au 3ème trimestre 2020, les Mauriciens établis à l’étranger ont transféré 847 millions de roupies (près de 18 millions d’euros) vers leur île natale. Le chiffre est en nette augmentation par rapport à la même période de l’année précédente (671 millions de roupies). Même si cette hausse doit être relativisée en raison de la dépréciation de la roupie, qui a perdu près de 20% de sa valeur par rapport à l’euro en un an, l’argent de la diaspora apporte une petite bouffée d’oxygène à la population mauricienne asphyxiée par la crise sanitaire. La France est le premier pays émetteur de ces transferts (241 millions de roupies au 3ème trimestre), devant le Royaume-Uni (122 millions).

Le « Métro Express » au ralenti

La fréquentation du Metro Express Ltd », le tramway mis en service en début d’année 2020 entre Port-Louis et Rose-Hill est tombée de 17 000 voyageurs par jour avant le confinement à 10 000 en fin d’année. Les pertes d’exploitation du « MEL » s’annoncent donc plus lourdes que prévues au terme de sa première année de fonctionnement.

L’immobilier, valeur refuge

Plusieurs acteurs du secteur immobilier mauricien soulignent un net redressement du secteur au deuxième semestre 2020, après le confinement et la reprise de l’activité économique. Si les acheteurs étrangers ont dû mettre leurs projets d’investissement entre parenthèses, en attendant la réouverture complète et sans condition des frontière, les Mauriciens semblent éprouver un intérêt accru pour la pierre « en transférant une partie de leurs avoirs en liquidités et obligations vers l’immobilier», selon un agent immobilier cité par L’Express.

Agaléga : le projet de l’Inde reste flou

L’opposition mauricienne continue à s’interroger sur les intentions de l’Inde, qui projette la construction d’une piste d’atterrissage et d’une jetée sur l’île mauricienne de Port-Louis, dans le cadre d’un protocole d’accord avec Port-Louis. En décembre, l’opposition a obtenu le report d’une mesure consistant à exiger une importante caution (plus de 400 000 roupies, soit plus de 8 300 euros) à tout visiteur qui se rendrait sur l’île. Cette mesure avait été interprétée comme une manière de limiter l’accès à Agaléga. Une partie de l’opinion mauricienne craint que l’Inde n’ait le projet de créer une base militaire sur l’île, afin de contrebalancer les visées chinoises sur l’océan Indien.

Bernard Grollier

Article précédentQuel rebond dans l’océan indien ?
Article suivantMadagascar
- Publicité -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

- Publicité -spot_img

Derniers articles