16.8 C
La Réunion
jeudi 1 décembre 2022

Laver plus froid pour protéger l’environnement

Ariel lance l’initiative « Chaque degré compte » pour nous inciter à baisser leur température de lavage. La marque de lessive de Procter & Gamble a annoncé ce nouvel objectif de son programme Brand Ambition 2030, qui se concentre sur une « redéfinition de la propreté pour décarboner la lessive sur l’ensemble de sa chaîne de valeur ».

Avec une température moyenne de lavage de 40°, si chaque foyer en France diminuait sa température de lavage de 10°, les économies réalisées dépasseraient 1 346 GWh, ce qui équivaut à la consommation d’énergie de la ville de Nantes ! C’est en partant de ce constat que la marque Ariel lance sa campagne « Chaque Degré Compte » pour inciter les gens à prendre l’habitude de réduire leur température de lavage chaque fois que c’est possible. Le but : faire de ce geste simple l’un des nouveaux gestes citoyens, au même titre qu’éteindre la lumière en sortant d’une pièce.

La campagne est rendue possible grâce à une innovation produit (les Ariel Allin1 PODs) couplée à un partenariat de contenu avec National Geographic Creative Works. Elle montre que le simple fait de diminuer la température de sa machine de 40 °C à 30 °C peut jouer un rôle certain dans la réduction des émissions carbones des foyers européens. Lors de l’étude du cycle de vie produit, Ariel a en effet identifié qu’en Europe jusqu’à 60 % de l’impact carbone des lessives provient de l’utilisation et de la température de lavage, ce qui en fait le poste le plus émetteur en CO2 (avant le plastique et les ingrédients). Bien qu’en France l’impact carbone liée à l’utilisation soit plus bas que dans le reste de l’Europe, ce chiffre reste significatif (20 %) et peut encore être réduit.

Baisser la température de lavage

Ce geste simple est peu mis en pratique dans les foyers français pour lesquels le lavage à 30° est encore trop souvent associé à un manque d’efficacité du lavage. D’après l’étude Harris réalisée en ligne pour Ariel du 16 au 17 juin 2020, ils sont 41 % à penser que cela ne permet pas d’éliminer les taches ou n’a pas d’impact sur l’environnement. Seul 3 % de la population le considère comme un geste utile dans la lutte pour le climat. Pourtant, lorsque les avantages du lavage à froid pour la planète sont expliqués, près de 62 % des personnes interrogées se déclarent plus enclines à réduire leur température de lavage. C’est pourquoi continuer d’informer les utilisateurs sur l’importance de bien choisir sa température de lavage est jugée primordiale pour Ariel. Un cycle de lavage à 30° consomme 35 % d’énergie de moins qu’un cycle à 40°. Et si toute l’Europe baissait sa température de lavage de 40° à 30°, ce serait l’équivalent de deux millions de voitures en moins sur les routes (soit 3,6 millions de tonnes de CO2).
Au-delà, de l’économie d’énergie, la baisse de la température de lavage a également une incidence positive sur l’émission de micro-déchets plastiques dans les eaux usées. L’université de Leeds, en partenariat avec P&G, révèle que les vêtements perdent moins de microfibres dans les cycles de lavage plus rapides et plus froids. On constate ainsi une réduction de 52 % des pertes lors du lavage à froid.

Ariel, une marque planétaire

« Le fait que nous touchions cinq milliards de personnes donne à nos marques une occasion unique d’encourager les discussions, d’influencer les attitudes et de changer les comportements » commente Virginie Helias, responsable du développement durable chez Procter & Gamble.
Le principal objectif d’Ariel est de redéfinir la notion de propreté et d’encourager le progrès. L’élargissement de son programme annoncé aujourd’hui est soutenu par un ensemble d’autres mesures en cours d’adoption pour garantir que les enjeux environnementaux interconnectés auxquels nous sommes tous confrontés ne soient pas ignorés. Ces derniers incluent entre autres les solutions d’emballage circulaires, les ingrédients moins générateurs de carbone et issus de sources d’approvisionnement durables et la mise en place d’une chaîne d’approvisionnement encore plus efficace. Ainsi, la marque produite en France s’engage à améliorer tous les stades du cycle de vie du produit. En matière sociétale, Ariel continue de promouvoir l’idée que la lessive n’est pas qu’une affaire de femme, mais qu’elle relève de la responsabilité de chacun dans le foyer.

Ariel All in1 Pods : la solution du tout en un

Ariel Pods est le leader des lessives en doses liquides à la Réunion. La marque continue son développement avec près de six nouvelles références disponibles depuis avril 2021 chez SORIC.

All in 1 signifie « Tout en un ». Tel est le principe de ces capsules à plusieurs compartiments particulièrement efficaces. D’une puissance de nettoyage maximale grâce à une formule ultra concentrée, les Ariel Allin1 PODs ont l’avantage de permettre au consommateur de choisir des températures plus froides. Elles offrent une hygiène impeccable en un seul lavage, même à basse température grâce à Purezyme, une enzyme de nettoyage brevetée, facilement biodégradable, qui nettoie les saletés incrustées au cœur de la fibre dès les plus basses températures de lavage.

La campagne « Chaque degré compte » cible les régions polaires

Un site internet dédié a été développé : chaquedegrecompte.com. La campagne est déclinée en TV en métropole. Tous les produits de la gamme Ariel sont concernés.

Grâce à une riche collection de courts-métrages, d’images et de créations hébergés sur le hub de National Geographic depuis le mois de mars, le contenu de la campagne révèle comment une simple action, comme baisser la température, peut avoir un impact sur les défis planétaires. Les consommateurs ont la possibilité de rejoindre le mouvement « Chaque Degré Compte » sur le site www.chaquedegrecompte.com. Ariel s’engage aussi à sensibiliser les enfants au réchauffement climatique et aux bons gestes du quotidien pour réduire son empreinte carbone par le financement d’un programme éducatif pour les écoles.

La campagne met en avant, en particulier, les enjeux auxquels sont confrontées les régions polaires, aujourd’hui au cœur des préoccupations environnementales. Pour Remy Marion, expert des régions polaires et partenaire du développement du programme scolaire, « il est important que chacun agisse en premier lieu pour limiter nos émissions de gaz à effet de serre, mais tous ces petits gestes nous permettent de nous approprier notre place dans notre environnement. Les régions polaires restent souvent mal connues, et mal comprises. Pourtant mieux connaître l’Arctique, c’est comprendre ce qui se passe à la banlieue de l’Europe. Il est indispensable de donner envie de protéger ces zones qui réagissent beaucoup plus vite aux changements climatiques en prenant conscience que la moindre de nos actions à un impact sur l’ensemble de notre planète ».

FRANCK MARTIN

- Publicité -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

- Publicité -spot_img

Derniers articles