Eligible au Kap Numerik 2024
23 C
La Réunion
mardi 5 mars 2024

Un nouveau mode d’élevage de lapins péi

Publicitéspot_img
Le nouveau mode d’élevage donne aux animaux une plus grande liberté de mouvement.

Un projet expérimental d’élevage mené par la Coopérative des producteurs de lapins de La Réunion a été présenté le 12 mai à Élisabeth Borne et aux quatre ministres qui l’accompagnaient, dont le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau. La visite à Sainte-Rose de l’élevage de M. et Mme Ferrere était au programme de la Première ministre.

La CPLR, qui regroupe la totalité des éleveurs de lapins professionnels réunionnais, prépare l’avenir de la filière lapin avec un modèle d’élevage innovant visant à améliorer le confort des lapins et à faire évoluer le métier de l’éleveur, en le rendant plus attractif. Anticipant la mise en œuvre de la directive du Parlement européen de juin 2021, qui vise à supprimer progressivement l’élevage en cage des animaux d’ici 2027-2030, la CPLR teste un mode d’élevage au sol, sur caillebotis et en enclos. Une première en Outre-mer et un changement de taille dans le métier puisque seulement 2 % des élevages de la France métropolitaine ont déjà adopté cette méthode.

Le projet BEATRIX
Les nouveaux parcs de deux mètres sur trois offrent aux lapins une plus grande liberté de mouvement, une surface par animal multipliée par deux et une possibilité d’exercice décuplée grâce à l’ajout d’une mezzanine. Ce projet expérimental réunionnais, baptisé BEATRIX (pour Bien-être animal transition relance innovation expérimentation), est soutenu par des fonds européens, nationaux et de l’Odeadom et se déploie avec le concours de l’ensemble de l’interprofession ARIV. Poursuivant l’objectif de mieux répondre aux enjeux du bien-être animal, conformément aux attentes de l’Union européenne, il a aussi pour but d’assurer la pérennité de la filière grâce à l’installation de jeunes éleveurs. La modernisation de l’outil industriel doit permettre de produire une offre répondant davantage aux attentes des consommateurs d’aujourd’hui, de plus en plus sensibles aux conditions d’élevage et de traitement des animaux.

Une part de marché de 51 %
Cette phase expérimentale, qui doit durer environ une année, va permettre d’identifier les ajustements à apporter à la méthode pour sa maîtrise locale afin d’accompagner la transition durable des élevages de la coopérative. En démontrant sa capacité à innover, la CPLR espère en effet ouvrir la voie à de nouvelles générations d’éleveurs susceptibles de mieux s’épanouir dans le métier, dans l’objectif affiché d’accroître la part des produits locaux de qualité dans la consommation locale, de 51 % aujourd’hui.

Toutes les actus du commerce et de la grande distribution à La Réunion
Je m'inscris à la Newsletter

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

- Publicité -spot_img

Derniers articles

Publicitéspot_img