11.8 C
La Réunion
dimanche 23 juin 2024

Le baromètre d’activité du commerce de gros en 2023

Publicitéspot_img

La Confédération des grossistes de France (CGF) a dévoilé récemment les résultats du baromètre d’activité du commerce de gros réalisé avec Xerfi pour le dernier trimestre et l’ensemble de l’année 2023. L’occasion pour les grossistes de rappeler le caractère indispensable de leur fonction dans l’économie et le quotidien des Français.

Au quatrième trimestre de 2023, le chiffre d’affaires du commerce de gros progresse de 3 % . Sur l’ensemble de l’année 2023, le rythme de croissance s’élève à 5,3 %. Il est nettement moins élevé que celui de 2022 (+ 9 %) et largement porté par l’inflation, qui a atteint 4,9 % en 2023. Les résultats, très contrastés selon les secteurs d’activité, oscillent entre -2,5 % et +7,5 % et témoignent d’un contexte économique incertain : faisant état d’un certain pessimisme, 35 % des professionnels du commerce de gros interrogés anticipent une baisse de leur chiffre d’affaires. Après un début d’année 2023 ayant connu une forte croissance à 10,5 % sur le premier trimestre, le commerce de gros a vécu des performances plus limitées, en lien avec la conjoncture, avec une progression de 5 % au deuxième trimestre, 2,5 % au troisième trimestre et donc 3 % au quatrième trimestre.

Un plan d’attractivité pour pallier les difficultés de recrutement
Les intentions d’embauche sont reparties légèrement à la hausse au quatrième trimestre de 2023. Elles concernaient 29 % des professionnels interrogés. Elles sont surtout destinées à remplacer des effectifs (25 %). Cependant, les difficultés de recrutement s’intensifient et touchent maintenant les deux tiers des entreprises concernées. Pour y répondre, la CGF a dévoilé les contours d’un plan d’attractivité dont le but est de faire mieux connaître les opportunités de carrière au sein des entreprises grossistes et ainsi d’attirer les talents. Ce plan fait suite à des actions déjà engagées, en lien notamment avec l’OPCO AKTO (salons, vidéos métiers, événements…) et va prendre la forme d’une convention-cadre nationale avec France Travail qui sera signée le 13 mai prochain, afin de mener des actions sur le terrain partout en France, en lien avec les 30 fédérations adhérentes à la CGF et leurs entreprises qui ont de réels besoins de recrutement (90 000 selon la dernière enquête des besoins en main-d’œuvre).

Des disparités sectorielles qui perdurent
L’année 2023 a été marquée par de fortes disparités entre secteurs du commerce de gros. Le bâtiment a continué de subir la baisse du nombre de chantiers, aussi bien en logement individuel que collectif. Il accuse une baisse de 2,5 % de l’activité au quatrième trimestre de 2023 (+0,8 seulement sur l’année). Après un troisième trimestre difficile, avec une baisse de 4,5 %, le secteur des produits manufacturés a repris des couleurs au quatrième trimestre avec finalement une croissance de 1,5 % sur l’année 2023. Les produits agricoles et alimentaires ont connu une croissance à 10,3 % (7,5 % au quatrième trimestre), portée par l’inflation alimentaire de 15 % qui a frappé de plein fouet les ménages et les entreprises. Le domaine de la santé a connu une croissance stable sur l’année, qui s’établit à 6,7 %. Le secteur des pièces détachées automobiles a, quant à lui, connu une croissance globale de 8,5 % sur l’année 2023 (5 % au quatrième trimestre). À noter que les défauts de paiement, évoqués par 26 % des professionnels interrogés au troisième trimestre, en concernaient 31 % au quatrième trimestre.

Des perspectives tendues
Au premier trimestre de 2024, les professionnels du secteur des pièces détachées automobiles sont les plus optimistes, tandis qu’une stabilisation de l’activité se profile pour le segment des produits manufacturés. En revanche, la situation est inquiétante pour le bâtiment puisque le chiffre d’affaires devrait une nouvelle fois subir un fort recul en début d’année. Pour Philippe Barbier, président de la CGF, « la situation des professionnels du commerce de gros nécessite une vigilance particulière en 2024. La situation de trésorerie se dégrade pour un professionnel sur cinq, et les délais de paiement grimpent pour près d’un tiers d’entre eux. Toutes ces raisons appellent une attention accrue pendant les prochains mois, même si le commerce de gros est bien orienté stratégiquement par la diversité de ses filières ».

Toutes les actus du commerce et de la grande distribution à La Réunion
Je m'inscris à la Newsletter

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

- Publicité -spot_img

Derniers articles

Publicitéspot_img